l@s zapatistas no están sol@s.

Infos

Esta es la nueva pagina de europa Zapatista : Contiene noticias y artículos publicados en los sitios web y blogs de los diferentes colectivos europeos solidarios con l@s zapatist@s y con los de abajo y a la izquierda. Permitiendo así colectivizar e intercambiar la información desde nuestros rincones.

Estado de la pagina

Número de artículos:
10  15  20 

 

Heridos y un muerto en enfrentamientos en Venustiano Carranza #CHiapas

tags : #chiapas, chiapas, pl-fr, un,

 

Llamado urgente a la Paz y al diálogo en Venustiano Carranza


La Diócesis de San Cristóbal de Las Casas (Diócesis de San Cristóbal) y El Centro de Derechos Humanos Fray Bartolomé de Las Casas A.C. (Frayba), lamentamos profundamente la situación crítica que vive el municipio de Venustiano Carranza derivado de la creciente violencia.

 

El día de hoy aproximadamente las 17:30 horas, se inició un enfrentamiento entre la Organización Campesina Emiliano Zapata – Casa del Pueblo (Casa del Pueblo) y la Organización Alianza de Comuneros Indígenas Tsotsiles San Bartolomé de Los Llanos (Alianza San Bartolomé) en el municipio de Venustiano Carranza, Chiapas, México.

Los hechos que se reportan hasta el momento son de un muerto, Adolfo López Vázquez y un herido de nombre José Manuel Solano Martínez por parte de la Alianza San Bartolomé y al menos cuatro heridos de la Casa del Pueblo.

En la documentación realizada con ambos grupos nos hacen constar que por lo menos desde el año 2019, han estado dialogando con el gobierno de Chiapas, sin que las acciones de los funcionarios abonaran a la solución y distensión de este problema, que el gobierno de Rutilio Escandón dejó crecer.

Es preciso señalar que la situación crítica empezó el 25 de abril de 2021, cuando los señores Corazón Vives Ruiz y Elías Vázquez Gómez de la comunidad Paraíso del Grijalva de la Alianza San Bartolomé fueron detenidos por integrantes de la Casa del Pueblo debido al brecheo de las tierras en disputa.

Por disponibilidad de la Casa del Pueblo, el día de hoy una comisión conjunta de la Diócesis de San Cristóbal y del Frayba documentamos la situación de la salud e integridad física y emocional de los detenidos; después de nueve días sin la acción eficaz del gobierno, para el diálogo entre las partes que pudiera propiciar su liberación.

La Diócesis de San Cristóbal y el Frayba hemos intervenido para alertar esta situación e insistimos que la única forma de solucionar los problemas es a través del diálogo con la disponibilidad de las partes y con la voluntad del gobierno de actuar en su responsabilidad para atender el problema de fondo, que es principalmente agrario.

Esta situación se ha originado debido a la problemática territorial existente desde 1970 y que en gran parte el Estado mexicano tiene responsabilidad en la administración de dicho conflicto.

Hacemos un llamado a la Casa del Pueblo y a la Alianza San Bartolomé para que favorezcan un proceso de diálogo con actores que ellos crean convenientes para tal efecto y dejar a un lado la violencia que está ocasionando hechos de difícil reparación.

La Diócesis de San Cristóbal y el Frayba hacemos un llamado a los tres niveles de gobierno para que intervengan de manera inmediata y urgente en la solución agraria, base del conflicto, además de propiciar condiciones de diálogo para generar acuerdos entre las partes, así como realizar las acciones para que cesen las agresiones armadas en la zona ya que existe un alto riesgo a la vida e integridad de mujeres, niñas, niños y hombres habitantes del municipio de Venustiano Carranza.

*—*

San Cristóbal de La Casas, Chiapas, México
04 de mayo de 2021

ACTO SOLIDARIO EN BILBAO,CON LA SALIDA DEL BARCO DE LA GIRA ZAPATISTA

El 2 de mayo, en la plaza de Bilbi, colectivos de solidaridad con el EZLN se concentraron para celebrar que sale el barco ‘La Montaña’ de Isla Mujeres, en México, con destino a Europa. En él viajarán el ‘Escuadrón 421’, 7 zapatistas que llegarán a costas europeas a mitad de junio. A partir de ahí, y en oleadas, más zapatistas irán llegando a nuestros territorios.
En el acto celebrado ayer los colectivos quisieron también empezar a calentar motores para que la gente conozca esta iniciativa zapatista de ‘Invadir Europa’ y así animar a más personas a organizarnos alrededor de esta travesía por la vida.

BIZITZAREN ALDEKO BIRA, EDO BIZI-BIRA ZAPATISTA EUROPAKO TXOKO DESBERDINETARA HELDUKO DA.

:boat:EUSKAL HERRIAN EGINGO DIREN EKIMEN DESBERDINAK FINANTZATU AHAL IZATEKO, CROWFOUNDIG BAT ABIATU DUGU.

Euskal Herriko kolektibo desberdin asko uda honetan gure herrialdera etorriko den ordezkaritza zapatistari harrera egiteko antolatzen ari gara.
Gure krowdfunding kanpaina babestu nahi baduzu, klikatu hemen:

https://gofund.me/d61cefa3

:¿QUIERES COLABORAR A LA GIRA ZAPATISTA POR LA VIDA EN EUSKAL HERRIA?

Colectivos de toda Euskal Herria nos estamos organizando para recibir a una delegación zapatista este verano. Si quieres apoyar nuestra campaña de crowdfunding pincha aquí:


https://gofund.me/d61cefa3

LIBERA ASSEMBLEA PENSANDO/PRATICANDO AUTONOMIA ZAPATISTA

Nell’ottobre 2020 l’EZLN ha annunciato che una delegazione messicana composta dal CNI-CIG, dal Fronte del Popolo in Difesa della Terra e dell’Acqua di Morelos, Puebla e Tlaxcala, e dall’EZLN viaggerà in Europa per incontrare ciò che unisce popoli così lontani e diversi. Inizia così un cammino condiviso in tutto il Mondo e come collettivi europei ci […]

In Messico in questi giorni altri due difensori dell’ambiente sono stati assassinati.

Luca Martinelli Pochi giorni fa in America Latina è entrato in vigore un accordo, patrocinato dalle Nazioni Unite, che dovrebbe favorire e promuovere la protezione dei difensori dell’ambiente e dei diritti umani. In #Messico in questi giorni cade l’anniversario numero 15 della violenza di Stato scesa contro le proteste degli abitanti di Atenco che non […]

#SupMoy: "no les vamos a decirles nada a los europeos, vamos a compartir, la vida esta en riesgo es tiempo de despertar"

tags : #supmoy, pl-fr, supmoy,

 Isla Mujeres, Q.R., 2 de mayo de 2021. Desde el muelle, cuando miraba al horizonte alejarse el velero del Escuadrón 421 en las aguas turquesas de Cancún, el Subcomandante Moisés, vocero del EZLN, diálogo con los medios libres y declaró que “habría que preguntarles a los que vamos a compartir con ellos […] si tiene importancia o no tiene importancia lo que queremos compartir”.

 

+ info: viajezapatista.eu

 

 

El Subcomandante Insurgente Moisés consideró que “estamos siguiendo la ruta en donde vino hace 500 años, en este caso estamos siguiendo la ruta para sembrar vida, no como hace 500 años, es lo contrario”. Participarán en la traversía “todos, todas, todoas, todos los Caracoles, todas las Juntas de buen gobierno, esa es la primera parte pues, la punta de lanza, pero sigue”.

Sup Moisés: "Está en riesgo la vida". Crónica visual (2da parte) from Compas Arriba on Vimeo.

A las y los europeos, “les vamos a compartir que está en riesgo la vida tanto para los de la ciudad como del campo, es tiempo de despertar. Si no hay vida, no habrá nada, eso es lo que vamos a ir a decir”.

Además, el vocero comentó que hay que “luchar contra el capitalismo porque destruye a la madre naturaleza. Nosotros no, están los hechos que en los 500 años que no hemos destruido, pero el capitalismo sí, lo ha destruido, lo ha contaminado, cada vez peor, por eso dijimos de que se va a desmoronar un día, y es ahí donde así a todos nos va a llevar a la fregada”.

Añadió que el trabajo de organización con las y los compañeros de Europa “está caminando, pero falta que encamine más pues, por eso ahí vamos, vamos a ver cómo va, qué tanto de fuerza va a haber”.

 

 

El Subcomandante Insurgente Moisés confirmó que niñas y niños zapatistas van a participar como delegadas y delegados. “Estamos luchando por sus pasaportes, todos, todas y todoas”. Con la niñez europea, “van a jugar, van a pintar, como el cayuco que se está mandando, ahí los niñas y los niños zapatistas pintaron ellos e igual compartirán allá”.

En medio de muestras de cariño y apoyo a la travesía zapatista, el Subcomandante Insurgente Moisés despidió a la tripulación, estando al pendiente de todas las actividades de preparación de la delegación marítima, como el cuidado de los cuatro cayucos chiapanecos y, en especial, del Escuadrón 421 que navegan ahora hacia Europa.

Les deseamos un buen viaje y quedamos al pendiente de los próximos reportes de Tercios Compas.

 

Contribución colaborativa de Medios Libres: Radio Pozol, ¡Compas Arriba!, Centro de Lengua y Cultura Zoque-Medios, Espoir Chiapas, Regeneración Radio y fotógraf@s independientes.

 

 

 

#EZLN: Hier: la théorie et la pratique.

tags : #ezln, ezln, pl-fr,





Du carnet de notes du Chat-Chien 

foto@ju




Hier: la théorie et la pratique.


+ info

Soutenez le voyage pour la vie de l'EZLN




Une assemblée dans un village d'une des montagnes du Sud-Est mexicain. Cela doit se passer en juillet-août d'une année récente, quand la pandémie du coronavirus a pris possession de la planète. Il ne s'agit pas d'une réunion quelconque, étant donné non seulement la folie de l'invitation, mais aussi la distanciation évidente entre une chaise et l'autre, et parce que les couleurs des masques deviennent opaques derrière la buée des visières transparentes.  






Sont présents les dirigeants potico-organisationnels de l'EZLN. Sont également présents quelques dirigeants militaires mais ils restent silencieux à moins qu'on leur demande de s'exprimer sur un point précis.




Ils sont plus nombreux de ce qu'on pourrait supposer. Il y a ici au moins 6 langues autochtones, toutes de racine maya, et ils utilisent l'espagnol, "la castilla", comme pont pour se comprendre.




Plusieurs des assistants sont des "vétérans", ils étaient présents lors du soulèvement qui débuta le premier janvier 1994 et, les armes à la main, étaient descendus vers les villes en même temps que des milliers d'autres compañeras et compañeros, comme un d'entre eux, une d'entre elles. Il y a aussi "les nouveaux", hommes et femmes qui ont rejoint la direction zapatiste après de nombreux apprentissages. La plupart des "nouveaux" sont des "nouvelles", des femmes de tous les âges et de langues différentes.




L'assemblée en soi, son déroulement, ses temps, ses manières, reproduit les assemblées qui ont lieu dans les communautés. Il y a celui qui coordonne la réunion, c'est celui qui donne la parole et indique les thèmes à traiter sur lesquels on s'est mis d'accord à l'avance. Il n'y a pas de limite de temps pour chaque intervention, ainsi le temps prend ici un autre rythme.




Quelqu'un, en ce moment, est en train de raconter une histoire, un conte ou une légende. Personne ne se préoccupe de savoir si ce qui se raconte est réel ou fictif ; mais ce qui importe c'est ce qui est dit ainsi.




Voici l'histoire :




Un zapatiste marche dans un village. Il porte ses plus beaux atours et son chapeau neuf parce que, dit-il, il va se chercher une fiancée. Le conteur mime les pas et les manières qu'il a vus dans un des films présentés dans le cadre du Festival de Cinéma « Puy Ta Cuxlejaltic I ». L'assemblée rit quand celui qui raconte l'histoire imite le ton du Cochiloco (interprété par Joaquín Cosío dans "El infierno" de Luis Estrada, 2010), et ôte son chapeau pour saluer une femme imaginaire qui passe à côté de lui avec une mule imaginaire portant du bois de chauffage idem. Le conteur de l'histoire mélange l'espagnol avec une des langues mayas, si bien que dans l'assemblée, sans l'interrompre, les gens peuvent se la traduire.




Celui qui raconte l'histoire se rappelle que c'est la saison du maïs, l'assemblée acquiesce pour confirmer. Il reprend l'histoire :





L'homme au chapeau croise une connaissance, ils se saluent :

- Ça alors, je ne te reconnaissais pas avec ce chapeau, et si séduisant", lui dit cette connaissance.

L'interpellé répond :

- C'est que je viens me chercher une fiancée.

L'autre :

- Et comment elle s'appelle ta fiancée et où vit-elle ?

L'homme au chapeau :

- Eh bien, je ne sais pas.

L'autre :

- Comment ça, tu ne sais pas ?

Celui du chapeau :

- C'est bien pour cela que j'ai dit que je viens la chercher ; si je l'avais trouvée, je saurais son nom et où elle habite.

L'autre évalue durant une seconde cette logique contondante et acquiesce en silence.

C'est au tour du chapeau:

- Et toi qu'est-ce que tu fais ?

L'autre répond :

- Je sème du maïs parce que je veux des épis.

Le chapeau reste un moment silencieux, observant l'autre qui, avec son manche à balai, fait des trous au milieu du chemin de gravier. Le chapeau :

- Écoute compadre, sauf ton respect, tu es un fameux imbécile.

Et l'autre:

- Et pourquoi ça ? Je travaille comme un forcené et je suis bien décidé à manger du maïs.

Celui du chapeau s’assoit, allume une cigarette et la passe à l'autre, puis il en allume une autre pour lui-même. Ils ne semblent pas pressés, ni l'homme au chapeau de trouver sa fiancée, ni l'autre de manger du maïs. L'après-midi se prolonge et arrache à coups de dents un peu de lumière à la nuit. Il ne pleut pas encore, mais le ciel se couvre et commence à étendre des nuages gris. La lune est à l'affût derrière les arbres.

Après un silence prolongé, le chapeau s'explique :

- Bon, écoute donc, compadre. Voyons si tu me comprends : il y a le terrain d'abord. Sur cette pierraille, le maïs ne va pas donner. La graine va mourir à force d'être piétinée et la racine ne va pas trouver où s'accrocher. Ce qui est sûr c'est que la graine va mourir. Après il y a ton balai, que tu utilises comme une houe, mais un balai est un balai et une houe, une houe, et c'est pour ça qu'il est tout abîmé et rafistolé, le pauvre balai.

L'homme au chapeau prend le balai, vérifie les rafistolages que lui a faits l'autre, avec du scotch et de la ficelle, puis il poursuit :

- Arrête là, compadre, si ma comadre voit comment tu as abîmé son balai, sûr qu'elle t'envoie dormir dehors.

Il poursuit :

- Donc le maïs,ce n'est pas n'importe où, compadre, ni n'importe comment, il doit être là où il faut et travaillé de la façon qu'il faut. En plus, ce n'est pas le moment de semer le maïs, là c'est plutôt le temps de la récolte. Mais pour pouvoir récolter, il faut d'abord avoir bien travaillé son champ. La terre ça n'est pas « Me voilà, la vieille, donne-moi mon pozol et mes tortillas », comme tu as l'habitude de crier à la comadre, - enfin jusqu'à ce qu'elle aille aux réunions en tant que femmes que nous sommes et t'envoie balader, assez crié - mais ça c'est son affaire, compadre. Ce que je te dis, c'est qu'on ne donne pas d'ordres à la terre, il faut lui expliquer, lui parler, la respecter, lui raconter des histoires pour l'encourager. Et la terre, elle n'écoute pas à n'importe quel moment, elle a comme qui dirait son agenda. Elle veut qu'on compte bien les jours et les nuits et qu'on regarde bien la terre et le ciel pour voir quand semer exactement.

C'est là qu'il y a la problème, comme qui dirait. Parce que tu vas tout rater et tu voudrais que, juste parce que tu as fait un effort et que tu es bien décidé, tes désirs se réalisent. Ce qu'il te faut, c'est des connaissances. Les choses ne réussissent pas parce qu'on y met beaucoup de travail et de bonne volonté. Il faut choisir un bon terrain, et puis les outils adéquats, et puis les époques qui correspondent à chaque étape du travail. Il faut comme qui dirait la théorie et la pratique en connaissance de cause et non pas les bêtises que tu fais et dont tu devrais avoir honte parce que les gens ils te voient et ils se marrent tous.

Et ils sont bien bêtes de se marrer, parce qu'ils ne se rendent pas compte que tes bêtises, ils vont eux aussi en supporter les conséquences parce que là où tu es en train de creuser, par la suite, quand il y aura de l'eau, ça va faire des ornières comme les rides de ta grand-mère, compadre, parce que la mienne elle est déjà au ciel. Et la voiture du bon gouvernement ne pourra pas passer, elle va s'enliser, et les matériaux ou les marchandises qu'elle amène, il leur faudra les porter à dos d'homme, et avec le bourbier, ils vont abîmer leurs bottes et leurs pantalons, d'autant plus s'ils s'habillent chic comme moi maintenant, et ils ne trouveront jamais de fiancée. Et les compañeras, c'est pire encore, compadre, parce qu'elles ne sont pas faciles. Elles vont passer à côté de toi, avec leurs affaires chargées sur un âne, et elles vont dire : « Derrière, il y a quelqu'un de plus borné que mon âne, et de plus stupide. » Et pour parler encore plus clairement : « Eh toi, quand je dis "espèce d'âne", ne le prends pas mal, c'est que je parle à mon animal. »

- Eh bien compadre, là vraiment tu exagères! dit l'autre indigné.

Le chapeau :

- Non, c'est juste pour dire. Prends-le comme un conseil ou comme un avis, ce n'est pas un ordre. Mais comme disait feu le Sup : « Il vaut mieux que tu fasses comme je te le dis, parce que sinon, quand ça n'ira pas, je vais te dire "Je déteste te dire que je te l'avais dit, mais je te l'avais dit" ». Il vaut mieux m'écouter, compadre.

L'autre :

- Donc ce n'est pas le bon terrain, ni la bonne houe ni le bon moment?

Le chapeau :

- Non, non et non.

- Et c'est quand le bon moment ?

- Ouille, il est déjà passé. Maintenant, il faut que tu attendes le prochain cycle. Vers avril, mai, et pour que l'eau ne manque pas, le 3 mai, il faut donner à la terre son bout de pain, son soda pour la chaleur, et si tu peux sa cigarette roulée, ses bougies et tant qu'à faire, aussi ses fruits et ses légumes et même son petit bouillon de volaille. Le défunt Sup disait juste, pas de courge, parce que si tu lui donnes de la courge à la terre, elle se met en colère et tout ce qu'elle te donnera, c'est des couleuvres. Mais je crois que c'était un des mensonges du défunt, il disait ça parce qu'il n'aimait pas beaucoup la courge.

- Et quand alors?

- Hmmm, vois-tu, nous sommes déjà comme qui dirait presqu'en octobre, alors 6 mois. Donc avril-mai. Mais ça dépend.

- Et merde ! Et comment je fais si je veux du maïs tout de suite ?

L'autre réfléchit et ajoute :

- Je sais! Je vais m'en faire prêter par l'autorité autonome.

Le chapeau :

- Et après comment tu vas le rendre à l'autorité?

- Et bien j'en emprunte à l'assemblée et comme ça je le remplace. Et pour le rendre à l'assemblée, j'en demande aux Tercios. Et pour leur rendre, j'emprunte à nouveau à l'autorité, comme ça ils sauront que je rembourse.

Le chapeau se gratte la tête :

- Eh bien compadre, là oui tu es vraiment comme dans le film de Vargas, plus salaud que beau gosse. Si tu penses comme ça, de la même façon que les mauvais gouvernements, tu devrais être député ou sénateur ou gouverneur ou comme un de ces crétins.

- Du calme, compadre. Je ne suis que résistance et rébellion. Je vais voir comment je peux me débrouiller.

Le chapeau :

- Bon, j'y vais, parce que sinon, je ne vais pas trouver ma fiancée. Au revoir, compadre.

L'autre :

- Dieu t'accompagne et si tu trouves une fiancée, demande-lui si sa famille n'a pas quelques épis de maïs à me prêter, je les leur rendrai.

Le narrateur s'adresse à l'assemblée :

- Que vaut-il mieux? Lui prêter des épis de maïs au compadre ou bien que ce soient la théorie et la pratique qui le fassent en connaissance de cause ?



-*-



L'heure du pozol est arrivée. L'assemblée se disperse. Le Sup Galeano, qui fait l'andouille, dit en sortant au Sous-commandant Moises :

- C'est pour ça que je préfère les popcorn.

Et il regagne sa cahute. Le Sous-commandant Moises le reprend :

- Et la sauce piquante, alors ?

Le SupGaleano ne répond pas mais il change de direction.

- Où vas-tu donc ? lui demande le SubMoy.

Le Sup s'éloigne presque en criant :

- Je vais emprunter de la sauce à la boutique des Insurgées.



Dont acte.

Miaou-Ouaf

Le chat-chien, passager clandestin sur La Montagne.

(Mais, flûte, il n'a pas le pognon et en plus, il y a un panneau à l'entrée de la Montagne qui dit « Interdit aux chats, aux chiens et aux scarabées schizophréniques. »)



Encore au Mexique. Avril 2021


¡La Europa de abajo y a la izquierda les espera!

tags : europa, pl-fr,

 Desde varias geografias de las Europas, los, las, laos, militantes de Europas saludan al Escuadron 421 quienes salieron el dia 2 de mayo a las 16.00 horas.



EZLN - L'Arrembaggio

La Montaña è stata abbordata il 30 aprile 2021, essendo quella l'ora. La nave era ancorata a circa 50 braccia dal porto, “lontano dal trambusto e dalla falsa società”. Ridenti gabbiani, cormorani, fregate, ibis le volteggiavano intorno e persino un colibrì candido e smarrito cercava di fare un nido sulla piattaforma di prua. Nello scafo, sotto la linea di galleggiamento, i delfini tamburellavano una cumbia, uno squalo balena teneva il ritmo con le sue pinne e la manta distendeva le sue nere ali come fianchi volteggianti.

Il gruppo dei bucanieri era guidato dal Subcomandante Insurgente Moisés, il quale, con una truppa composta da una insurgenta tercia, un autista insurgente e un meccanico, un autista base, 5 terci@s, una comandanta e due comandanti, era presente per salutare la delegazione marittima, Squadrone 421, e controllare, in situ, che l'imbarcazione avesse ciò che era necessario per l'epopea nautica. Un team di supporto della Commissione Sexta assisteva per scrivere i necrologi dei caduti in azione.

Non c'è stata resistenza da parte dell'equipaggio. Il capitano aveva infatti precedentemente ordinato di issare, come albero di trinchetto, una grande vela con l'immagine che identifica la delegazione marittima zapatista, aggiungendo così La Montaña, incluso tutto l'equipaggio, alla lotta per la vita. Con gli alberi nudi, il simbolo del delirio zapatista scintillava impetuoso.

Quindi, diciamo che è stato un arrembaggio consensuale. Nessun tentativo di aggressione da parte delle truppe zapatiste, né della marineria ospite. E si potrebbe dire che tra noi e le/i marina@ de La Montaña c'era una sorta di complicità. Anche se, al primo approccio, erano sorpres@i quanto noi.

E saremmo rimasti lì, a fissarci immobili, se non ché, avanzando da poppa, un insetto straordinariamente simile a uno scarafaggio ha gridato: “All'Arrembaggio! Se sono tanti, scappiamo! Se sono pochi, ci nascondiamo! E se non c'è nessuno, avanti, che siamo nati per morire!”. Questo è quello che ha deciso tutto. L'equipaggio guardava sbalordito il piccolo insetto e noi… non sapevamo se scusarci per l'irruzione o unirci all'attacco dei pirati.

Il subcomandante Insurgente Moisés ha ritenuto che fosse il momento opportuno per le presentazioni, quindi ha detto: “Buon pomeriggio. Il mio nome è Moisés, Subcomandante Insurgente Moisés, e loro sono…” Ma quando si è voltato per presentare la truppa, il SubMoy ha visto che non c'era nessuno.

Tutti stavano girando sulla nave con mal celate dimostrazioni di giubilo ed entusiasmo: le compagne delegate, come regine del Caribe, salutavano da babordo le barche piene di turisti che le guardavano con curiosità e scandalo, forse sorpresi che, con questo caldo , le compas indossassero gonne lunghe. Soprattutto perché le turiste indossavano bikini così ridotti da non credere. Marijose è andata a prua e da lì contemplava la casa di Ixchel, pensando tra sé e sé che non avrebbe indossato i suoi iper ultra mini shorts, perché non voleva umiliare le cittadine in quanto a sensualità.

I comandanti David e Hortensia davano le ultime raccomandazioni a una Lupita con il sorriso che le debordava dalla mascherina. Il comandante Zebedeo si ripeteva: “non devo vomitare, non devo vomitare”, che è l'antiemetico consigliato dal SupGaleano.

L@s tercios (4 uomini, una compa e una insurgenta), dal canto loro, facevano foto e video di tutto. E quando dico “di tutto”, è proprio di tutto. Quindi, non stupitevi se nelle foto compaiono solo lucernari, funi, catena dell'ancora, verricello, boe, teloni, secchi per drenare l'acqua e altre cose tipiche di una nave che sta per attraversare l'Atlantico nella nobilissima missione di invadere, voglio dire, conquistare, cioè, visitare l'Europa.

Marcelino e il Monarca hanno chiesto della sala macchine e, non so da dove, hanno tirato fuori una cassetta degli attrezzi e, con pinze e cacciaviti, sono andati dove pensavano che dovesse essere il motore perché, hanno spiegato ad un capitano attonito, dal rumore si deduceva che necessitava di regolazione. Bernal e Felipe (sostituto di Darío – che è dovuto restare a terra per il passaporto dei figli -, 49 anni, originario Tzeltal; parla fluentemente tzeltal e la castilla; padre di 4: il maggiore di 23 anni e il più giovane di 13 anni; è stato miliziano, sergente, responsabile locale, consigliere autonomo nel MAREZ, giunta di buon governo, insegnante della escuelita e autista; musica preferita: romantica, rancheras, banda, cumbia, rivoluzionaria; colori preferiti: nero, blu e grigio; si è preparato per 6 mesi come delegato; volontario per viaggiare in barca se qualcuno non poteva; esperienza marittima: nulla), si sono uniti alla squadra meccanica zapatista (nel caso che, in alto mare, ci fosse bisogno di riparazioni).

L'equipaggio de La Montaña, una volta ripresosi dallo sconcerto di un arrembaggio così altro, si è strategicamente distribuito in coperta, prevedendo che l'esaltazione zapatista sarebbe sfociata con uno di noi in mare.

Se questo fosse accaduto, eravamo preparati, che vi credete. Per la composizione della delegazione, la sera prima si è discusso di come gridare se ciò fosse accaduto: “uomo in mare” o “donna in mare” o “otroa in mare” o “tercio in mare” o “autista in mare” o “scarafaggio in mare”, e così via. Il problema era che, per sapere cosa gridare, il SubMoy doveva prima prendere la lista e vedere chi mancava, e poi dare l'ordine di “panico sottovento” (che la delegazione aveva simulato fino alla perfezione durante l'addestramento nel Centro di Addestramento, area Naufragi e Affondamenti) affinché tutt@ gridassero. Poiché i secondi che si sarebbero persi (nella realtà, perché nelle simulazioni erano lunghi minuti) potevano essere decisivi, si è deciso di gridare “Zapatista in mare!”. Ciò non è accaduto, cosa che ha liberato il gruppo corsaro maya (permesso in regola nelle Giunte di Buon Governo zapatiste) da burle e scherni su di loro al Bar la Mota Negra, a Copenaghen, in Danimarca.

L'equipaggio presto è stato contagiato dall'entusiasmo zapatista e, nonostante fossero marinai con anni di esperienza nelle acque dell'oceano, guardava ora, attraverso lo sguardo zapatista, un mare che, calmo, celebrava una visita così inaspettata, rassegnato come prima all'impertinenza dei turisti di tutto il mondo. Il capitano dell'imbarcazione ha portato il SubMoy nella cabina di comando e l'ha messo al timone, mentre l@s tercios scattavano foto… dell'acqua (quindi ci saranno tante e tante foto di un mare vuoto).

La delegazione marittima zapatista, lo Squadrone 421 vero e proprio, da parte sua, è passato dall'entusiasmo alla cautela e ha sommerso l'equipaggio di domande sensate: “E se cade un fulmine e la nave si rompe, cosa facciamo?”. “E se si apre un buco e tutta l'acqua sparisce, dobbiamo camminare?”. “E voi come fate a mangiare se non avete la milpa?”. “E come fa il vento a sapere che stiamo andando di là?”. “E dove dorme il mare se ha sonno?”. “E se il cuore del mare è triste, come fa a piangere?”. “Quanto è grande il suo cuore per amarlo e consolare il mare che è grandissimo?”. “E, come noi difendiamo la terra, c'è qualcuno che difende il mare?”.

L'equipaggio de La Montaña composto da: il Capitano Ludwig (Germania), Edwin (Colombia), Gabriela (Germania), Ete (Germania) e Carl (Germania), si guardava perplesso e si diceva: “In welche Schwierigkeiten bin ich geraten?” (tranne Edwin, che in spagnolo pensava: “Accidenti, in quale guaio mi sono cacciato”).

  • -

E l'insetto? Ebbene, prevedendo che avrebbero cercato di buttarlo in mare (nonostante “avesse capeggiato l'arrembaggio con impareggiabile coraggio, grazia e bellezza” – così ha detto lui -), si è arrampicato in cima al berretto e, da lì, ha declamato in un impeccabile galiziano:

“Volverei, volverei á vida
cando rompa a luz nos cons
porque nós arrancamos todo o orgullo do mar,
non nos afundiremos nunca máis
que na túa memoria xa non hai volta atrás:
non nos humillaredes NUNCA MÁIS.” (*)

A oriente, in lontananza, le onde sulle coste della Galizia ripetevano: “nunca máis”.

In fede.

Il Gatto-Cane.

Ancora in Messico, Maggio 2021

(*) Parole della canzone “Memoria da Noite” del gruppo galiziano Luar Na Lubre.

Traduzione “Maribel” – Bergamo





La délégation Zapatiste quitte le Mexique pour "réveiller" l'Europe

tags : mexique, pl-fr, zapatiste,

 C'est sous les Vivas et le soutien de dizaines de personnes dont le Sous Commandant Moisés, les commandants David et Hortensia, que l'équipage de l'escadron 421: Lupita, tzotzil de 19 ans, Carolina tzotzil de 26 ans, Ximena C'hol de 25 ans, Yuli Tojolabal de 37 ans, Bernal tojolabal de 57 ans, Felipe tzeltal 49 ans  et Marijose tojolabal de 39 ans, est partie ce dimanche 2 mai à 16 heures, depuis Isla Mujeres

 

fotos@ju

+ D'infos
Soutenez le Voyage Pour La Vie

 

C'est à bord du navire "la montagne" centenaire allemand que durant 6 semaines les comp@s vont découvrir l'Océan, qu'ils ne connaissaient pas encore. En effet, c'est effectivement la première fois pour la majorité de l'escadron qu'ils voient la mer et vont prendre un bateau. Le Gato Perro, personnage de l'imaginaire zapatiste et du sous commandant Galeano reporte dans son communiqué "L'abordage" plusieurs questions de l'escadron 421 au capitaine:

"Où dort-elle la mer si elle est fatiguée?" "Et si le coeur de la mer est triste, comment pleure-t-il?"? "Et comme nous nous défendons la terre, qui défend la mer"..

 


Des questions qui ne manqueront pas de faire échos aux milliers de militant.e.s d'en bas à gauche qui s'organisent depuis octobre pour organiser la venue des Compas Zapatistes. Une humilité forte qui remettra en cause beaucoup de chose dans les mouvements de lutte européèns organisés en coordination territoriale dans près de 20 pays.

 

Les zapatistes ont donc commencé la conquête à l'envers dans le but d'envahir l'Europe. Le symbole de venir en bateau fait référence aux caravelles de Christophe Colomb venues les envahir il y a deça 500 ans. Mais les zapatistes sont toujours là. Et les dizaines de milliers de base d'appui du Chiapas attendent le départ du reste de la délégation pour rencontrer et connaitre les luttes européènnes. PAr la suite, les zapatistes iront à la rencontre des mouvements en bas à gauche des 4 autres continents.

SLUMIL K'AJXEMK'OP, « Terre insoumise », « Terre qui ne se résigne pas, qui ne défaille pas ».

tags : pl-fr,

 

A l'abordage !



fotos&txt@ju


Isla Mujeres. 2 mai 2021.La délégation maritime zapatiste, composée de quatre femmes, deux hommes et un.e otroa, a abordé son navire, « La Montagne », ce vendredi 30 avril. Les Tercios Compas, l'équipe audiovisuelle des communautés autonomes, a gravé ce moment en photos et vidéos.

+ info

Soutenez le voyage pour la vie de l'EZLN

 

Depuis Cancun, la caravane accompagnant la délégation (membres de l'EZLN, Terci@s Compas,organisations nationales et internationales des droits humains, médias et société civile), a embarqué à bord d'un ferry pour rejoindre Isla Mujeres, la maison d'Ixchel, « la mère de l'amour et de la fertilité ».



Immédiatement, les cayucos ont été descendus des camionnettes et embarqués sur un zodiac, disparaissant en quelques secondes derrières les bateaux amarrés au port. Et commence ainsi une série d'allers-retours orchestrée par le capitaine de « La Montagne » menant à l'abordage la troupe du sous-commandant Moisés : une insurgée tercia, un insurgé chauffeurologue et mécanicien, un base d'appui chauffeurologue, cinq terci@s, la Commandante Hortensia et les Commandants David et Zebedeo.


« Il n'y a pas eu de résistance de la part de l'équipage », rapporte le communiqué de l'EZLN, publié ce samedi 1er mai.







Tous et toutes étaient présents pour un dernier aurevoir à l'Escadron 421 formé de Lupita (19 ans, Tzotzil des Hauts du Chiapas, coordinatrice locale et régionale des jeunes, administratrice locale du travail collectif), Carolina (26 ans, originaire Tzotzil des Hauts du Chiapas, aujourd'hui Tzeltal de la forêt lacandone, coordinatrice « d'en tant que femmes que nous » et étudiante vétérinaire), Ximena (25 ans, Cho'ol du nord du Chiapas, coordinatrice des jeunes, actuellement Commandante à la direction polico-organisationnelle zapatiste), Yuli (27 ans, originaire Tojolabal de la forêt frontalière, aujourd'hui Tzeltal de la forêt lacandone, promotrice d'éducation et coordinatrice locale), Bernal (57 ans, Tojolabal de la zone forêt frontalière, ex-milicien, responsable local, professeur de l'escuelita zapatiste et membre du Conseil de bon gouvernement), Felipe (relève de Dario -qui a du rester à terre pour finaliser le passeport de ses enfants-, 49 ans, originaire Tzeltal, ex-milicien sergent, responsable local, membre du conseil autonome du MAREZ, du Conseil de bon gouvernement, professeur de l'escuelita et chauffeur), et Marijosé (39 ans, Tojolabal de la zone forêt frontalière, ex-milicien.ne, promoteur-rice de santé, promoteur-rice d'éducation, formateur-ice d'éducation).


La délégation a enfin abordé le majestueux bateau, « Stahleratte », ex « Johanna Maria », un voilier à moteur naît en 1903, aux Pays Bas. Le vieux bateau a déjà plusieurs traversées transatlantiques à son actif et depuis 2005, il vogue dans les eaux caribéennes entre la Colombie, le Panama, Cuba, la Jamaïque et le Mexique. En ce mois de mai, « Stahleratte » devient « La Montagne » et son équipage, le capitaine Ludwig (Allemagne), Edwin (Colombie), Gabriela, Ete et Carl (Allemagne) navigueront avec la délégation maritime zapatiste pour l'Autre invasion, celles des mondes et des luttes qui se rencontrent, se reconnaissent et s'unissent pour la Vie.


« La Montagne » a hissé la grande toile identifiant la délégation zapatiste. Elle et son équipage s'apprêtent à quitter les côtes mexicaines ce 3 mai pour une traversée rebelle afin de propager le virus de la « rébellion », partager les joies, les douleurs et les rages des luttes en bas, à gauche de son premier continent de destination, l'Europe, bientôt SLUMIL K'AJXEMK'OP, « Terre insoumise », « Terre qui ne se résigne pas, qui ne défaille pas ».